e nom du village est attesté au XIIe siècle.  Les abbayes de Saint-Martin (de Tournai) et de Liesses (Avesnois) y sont de grands propriétaires terriens.  L’autel de l’église appartient d’ailleurs à l’abbaye Saint-Martin.  L’église actuelle date du dernier tiers du XVIIIe siècle et utilise la pierre bleue et la brique.
Situé sur un territoire plane et fertile, Bouvignies s’est toujours consacré principalement à l’agriculture.  Au XIXe siècle, la fabrication de la toile qui se vend au marché d’Ath a disparu.  Cette industrie rurale s’y pratiquait, comme dans tout le Pays d’Ath, depuis des siècles.

A partir de 1949, sous le contrôle de l’Ecole provinciale d’agriculture d’Ath, Bouvignies est une commune pilote où est menée une expérience de mise au point de la rentabilité laitière, des variétés de grandes cultures, de techniques culturales adaptées au milieu et de diffusion des progrès dégagés.
Le village compte enfin quelques bâtiments ruraux du début du XIXe siècle, dont la ferme néo-classique de Benjamin Deneubourg, datée de 1816.  Benjamin Deneubourg et son fils François ont été les premiers vétérinaires diplômés du Pays d’Ath.

Superficie : 470 ha
Hameaux : Haut-Marais, Bas-Marais, Plat-Rieu, Goberwelz, Bois, Champ-de-Saint-Pierre, Remonquesnoy, Fonds-de-Bouvignies
Hydrographie : rieu d’Ardenne, la Blanche
plat-rieu, ruisseau de la Fontaine, Blanche
Eglise : Sainte-Vierge
Monuments et petit patrimoine : moulin de la Blanche, château Franqué, ferme Deneubourg, chapelle Notre-Dame de Bohême
Etymologie : Bouvignies (bovègne) : roman Bovinia, «bouverie».

Source : www.ath.be